Propulsées par la Mednum et la Mission Société Numérique, accueillies par le Conseil Départemental de Loire-Atlantique, Nantes Métropole, et animées par l’association PiNG, les 5èmes rencontres nationales de la médiation et des cultures numériques se dérouleront les 13 et 14 septembre 2018 à Nantes durant la Nantes Digital Week.

Les acteurs de la médiation et des cultures numériques proposent durant deux jours des parcours thématiques, ateliers, master class, prototypes et conférences.

L’objectif commun : partager des approches innovantes, soutenables et durables des cultures numériques et croiser les expériences au service des transitions.

LIEUX

CONCEVOIR LES LIEUX HYBRIDES OÙ S’INCARNE L’IMPACT DU NUMÉRIQUE SOCIAL

Depuis presque 40 ans, des lieux « nouveaux » sont apparus autour des technologies, du numérique et de pratiques culturelles et sociales. Ces lieux ont permis le développement de pratiques informelles, interdisciplinaires entre hybridation, expérimentation et créativité. D’autres espaces, davantage institutionnels et structurés, ont transformé leurs activités pour répondre aux enjeux suggérés par le numérique. Ces espaces s’engagent dans des formes d’appropriation des technologies par le plus grand nombre. Appropriation au sens de les
comprendre, les anticiper, les détourner, les transmettre.
Cet ensemble de pratiques constitue « les cultures numériques« , définissant un vocabulaire et un espace commun. Le point central de cette approche est l’abandon de l’idée que la technologie peut diffuser par elle-même les savoirs et savoir-faire nécessaires, sauf à s’incarner en lieu de rencontre, de savoirs et d’apprentissages.
 

DONNÉES

OUVRIR ET PROTÉGER LES DONNÉES : RÉCONCILIER LES INJONCTIONS CONTRADICTOIRES

Personnelles ou d’intérêt public, le
poids de l’analyse des données produites par nos usages numériques dans la prise de décision privée comme publique s’amplifie. Pour partager une vision d’ensemble de la création des données jusqu’à leur utilisation finale, il faut donc questionner la place de l’usager, de sa protection, de sa compréhension des enjeux et son consentement à l’utilisation de celles-ci.  Par ailleurs, si le mot d’ordre de l’ouverture des données d’intérêt public semble bien compris, les questions dinteropérabilité, de standardisation et de pérennité se posent pour qu’elles soient utilisées à leur plein potentiel. 

 

COMMUNS

ÉCRIRE UN CADRE FACILITANT POUR LA CRÉATION ET L’UTILISATION DES COMMUNS DU NUMÉRIQUE

Saisir les opportunités du numérique c’est profiter de la mutualisation, du partage de ressources technologiques désormais possibles grâce aux mouvements des logiciels et des savoirs libres.

Si ces principes sont aujourd’hui mis en pratique à diverses échelles, il reste à partager un cadre collectif clair pour la création, la protection et l’utilisation de ces actifs mis en communs et administrés collectivement. Cette logique de développement et d’administration par la multitude de nos communs numériques pose la question de la place des acteurs publics dans ce processus. Comment l’État ou les collectivités territoriales peuvent-ils contribuer et déployer des communs numériques durables ?